Des jésuites, des chiens et de la bière à Cordoba

Après ces premiers pas en Argentine et les superbes paysages autour de Salta la linda (comme les Argentins l’appellent) on continue notre route vers le sud: direction Cordoba.

Le bus passe par la route que l’on a faite en voiture, à travers la Quebrada de Cafayate. Sauf que là on est dans un bus de nuit, donc on ne verra rien. Pourtant on est bel et bien réveillés assez longtemps dans le bus. En effet, juste derrière nous, à quelques centimètres de nos oreilles se trouve une mère et son fils. Qu’il soit 23h, 0h30 ou 1h c’est pareil pour elle: elle répond au téléphone, discute à voix haute et rigole bien quand son fils s’amuse à imiter le bruit d’un lion. On est à deux doigts de les tuer, surtout que TOUT le reste du bus est silencieux et dort déjà.

Ils finissent par arrêter et nous par enfin dormir.

On se réveillera donc à Cordoba un peu fatigués.

Cordoba

Cordoba c’est la deuxième plus grande ville d’Argentine. Une ville sans réel intérêt touristique mais agréable. Le premier jour, après avoir posé nos affaires dans une guesthouse, on part se balader: il y a quand même de très belles églises, des bâtiments coloniaux et des missions jésuites.

Cordoba

Pour la petite histoire et afin de raconter un peu ma vie, c’est ici à Cordoba que j’aurai du faire mon année à l’étranger. C’est par un changement d’avis de dernière minute qui est passé limite, limite, que j’ai finalement atterri à Madrid. J’avais donc hâte de connaître un peu cette ville où j’ai finalement presque-étudié!

Je pense que je m’y serai plu: la vie nocturne y est très réputée car c’est une ville très étudiante. D’ailleurs (même si ça n’a rien à voir) on peut y visiter parmi les bâtiments jésuites bien conservés, la plus ancienne université sud-américaine encore en activité.

Le deuxième jour commence avec quelque chose de très insolite, du jamais vu encore pour nous depuis notre départ de France il y a 5 mois: une réponse positive sur couchsurfing, woohoo!!!

Ça n’arrive pas au meilleur moment, on aurai bien passé plus de 24h sans refaire nos sacs mais bon, pour une fois que ça arrive, on ne va pas rater ça.

On aurait du s’abstenir

L’appart de notre hôte est un peu loin, dans un quartier où il n’y a absolument rien. Bon, ça ce n’est pas grave, il y a des bus si on veut bouger. Je vous la fais courte mais en gros voici dans un ordre aléatoire les raisons qui ont fait que cette première expérience de couchsurfing fut un échec:

2 énormes chiens/ appart très sale/ hote sympa mais qui n’a pas vraiment envie de parler/ hôte qui n’a pas non plus envie de bouger/ pas de salon pour se poser et discuter de toute façon/ hôte élève en cinéma qui regarde un film comme seuls en regardent les élèves en cinéma (on ne lui a pas raconté qu’on était allé voir Lucy au ciné ce même jour!)/ les chiens qui font leurs besoins sur le balcon / il regardera 2 fois ce film artiste / la fenêtre de notre chambre donne sur ce même balcon / ça sent le chien partout.

Bref, moi qui saoulait Maggy pour qu’on fasse du couchsurfing plus souvent, j’ai encore une fois raté ma première (rappelez-vous comment j’ai grillé mon joker de trekking au Myanmar)!

Le lendemain on sort donc notre meilleur mytho pour lui expliquer que « c’était génial mais qu’il faut qu’on y aille, on avait oublié qu’on avait des places pour une course de licornes aquatiques ce même soir à l’autre bout de l’Argentine, pas de chance on serait bien resté une semaine. »

Nous voici donc dans une nouvelle auberge, tout ce qu’il y a de plus pourrie mais bon c’est pas grave. Ça ne pue pas le chien et on ne se sent pas mal à l’aise au moins.

Un nouveau tour de la ville et nous voici ensuite partis direction Villa General Belgrano, une toute petite ville très particulière à 2 heures de route de Cordoba.

Villa General Belgrano

On serait sans doute allé à Villa General Belgrano quoi qu’il arrive lors de notre passage à Cordoba. Mais là on s’y rend d’un pas encore plus décidé parce que (hasard du calendrier ou magnifique montage de ma part, on ne saura pas) il se trouve qu’en ce moment à Villa General Belgrano c’est l’Oktoberfest!!

« Ouais, ben comme dans le tabac à coté de chez moi » pourriez-vous me répondre.

Je rétorquerai alors, non sans joie, que « Villa General Belgrano se targue d’accueillir l’une des oktoberfest les plus importantes du monde ». J’ajouterai même alors pour étaler ma culture que « la première étant évidement Munich, et la deuxième à Blumenau au Brésil ».

On arrive donc là-bas le jeudi en début d’après-midi. On se rend dans notre hôtel (uuuultra loin de la ville) où on a un petit chalet, c’est super mignon, super vert. Un coup de stop et on retourne dans la ville pour voir à quoi ça ressemble…

Et là on hallucine complètement. On se croirait dans un décor de film ou à Disneyland. Ou tout simplement en Bavière!

Villa General Belgrano

Toutes les maisonnettes sont dans le style bavarois, les panneaux des rues, la porte de la ville. Sur la rue principale c’est le summum avec les restaurants, les brasseries et les boutiques qui s’en donnent à coeur joie. Pour la petite histoire, Villa General Belgrano a été fondé en 1930 par des Allemands et à connu son essor en 1940 quand des rescapés du naufrage d’un navire de guerre allemand ont trouvé refuge ici et ont commencé à développer une ville au style bavarois . A noter qu’aujourd’hui encore il semblerait (d’après la patronne de notre hôtel) que pas mal de gens parlent allemand.

IMG_4790On a donc passé une après-midi à se promener dans la ville après avoir mangé une bonne choucroute bien d’ici (ou de là-bas)! Pas de chance avec la météo pour la soirée, il a fait très froid dans le parc de l’Oktoberfest. Comme en plus on est encore Jeudi, le parc était un peu vide. Quelques bières et un choripan pour se réchauffer, des spectacles de danses et on rentre vers 23h.

Le lendemain on décide de redonner sa chance à l’Oktoberfest et on se trouve une des toutes dernière chambres dispo de la ville. On voit que ce n’est déjà plus la même chose: des voitures pleines de jeunes (et moins jeunes) sont déchargées devant les hôtels, il y a du monde aux terrasses des tavernes, et les asados sont en préparation dans les guesthouse. La soirée devrait être plus animée.

la Cumbrecita

Mais avant la soirée, on va profiter de la journée pour aller visiter la Cumbrecita, petit havre de paix piéton à 1h de bus de Villa General. Là, on laisse son véhicule à l’extérieur du village pour s’engager à pied sur ses petits chemins entre des maison tout aussi allemandes dans la construction, jusqu’à atteindre une jolie cascade, une petite rivière ou se balader en forêt.

DSC03965

On a la chance de voir la ville sous un beau ciel bleu ce qui rajoute encore à son côté mignon. Tout les gens que l’on croise sont apparemment des visiteurs à la journée comme nous et on se dit que la ville doit être morte le soir en ce moment. Mais c’est un endroit réputé pour passer quelques jours au calme, notamment en été.

DSC03959

Oktoberfest, deuxième

De retour à Villa General Belgrano, on s’offre une pizza et une bière avant d’aller dans le parc où on passera une soirée plus longue que la veille à boire pas mal de bières et à regarder les spectacles de danses folkloriques. On mentionnera spécialement les danses Bavaroise qui nous on faites pas mal rigoler, les danses Lituaniennes, acclamée par un public chauffé à la bière et les fières danses Gauchos qui ont réveillées le patriotisme de chaque argentine présent.

IMG_4803

Côté bières, Maggy se découvre une passion pour celle à la framboise, tandis que je remplirait régulièrement ma chope avec une bière noire. Toutes les bières sont artisanales.

DSC03982

En quittant la ville en direction de Cordoba le lendemain on comprend ce que nous disaient des locaux: que c’est surtout le Samedi soir que ça envoie, et que le Dimanche c’est complètement la folie. Effectivement, en attendant notre bus à la gare routière, on voit passer un flot continue de bus en provenance de Cordoba et de Buenos Aires.

Tant pis, nous on passera la soirée dans le bus en direction de Mendoza, on a déjà fait un bon plein de bière et de tradition germano/argentine! Après la bière, allons voir ce qu’il en est de ce bon vieux vin…

4 thoughts on “Des jésuites, des chiens et de la bière à Cordoba

  1. Chloé

    Vous avez gardé les chopes en alu en souvenir? j’espère qu’elles sont légères…

    • Ben

      Oui, on a choisi exprès celles-ci: plus légères que celles en céramique ou en bois.

      Du coup, oui, on les trimballe avec nous. On sait pas trop pourquoi mais on les trimballe…

      Ça fait un peu légionnaires sur le sac a dos!

  2. NicoFredo

    Choucroute et bières c’est un bon programme pour reprendre un peu de poids!
    Et les danses folkloriques vous n’avez pas essayė?
    Dommage pour le loupė couchsurfing mais dites vous que du coup la prochaine expérience ne pourra être que meilleure!
    Bisous de jacou

    • Ben

      Non, pas essayé. Mais Maggy pense sérieusement (ou presque) a se mettre aux danses bavaroise en rentrant.

      (La choucroute c’est pas mal oui. Et sans rien dévoiler, dans le prochain épisode ça sera chocolat et fondu… Pas mal non plus)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>