La déception du lac Titicaca côté Bolivien: Copacabana et Isla del Sol

Après l’oppression de La Paz, enfin moi je l’ai ressenti comme oppressant au bout d’un moment, j’étais bien contente de partir vers le lac Titicaca. Je me disais « oh cool, je vais enfin voir ce lac au nom rigolo, que tout le monde connait, donc si tout le monde le connait c’est qu’il doit être joli, et puis doit y avoir des petites cabanettes autour et des gens qui pêchent et qui le soir regardent le lac de leur transat posé sur leur ponton »…

Et bah BLING BLONG BAAAAAM! Ca, c’est le bruit de l’explosion de mes rêves. Je vais t’expliquer pourquoi.

DSC05893Après quelques heures de bus, dans un bus rempli quasiment que de touristes, on arrive au bord du lac et là ça commence de façon plutôt charmante: il faut descendre du bus et prendre un bateau pour passer de l’autre côté en attendant sagement que le bus lui-même monte sur une sorte de grosse barque et arrive. Le temps d’un petit pic-nique sur un banc au bord de l’eau et on repart.

Quelques temps après, on arrive à destination: Copacabana.

Et donc, si t’as bien suivi, pas de cabanettes, pas de ponton… Mais plutôt des boutiques de souvenirs alignées, des hôtels le long du lac et surtout un bord de lac pollué par…

tu ne pourras jamais deviné…

non mais quelle idée ridicule…

et puis pourquoi en avoir des dizaines alors que personne ne s’en sert…

c’est OSS117 qui serait content…

des pédalos en forme de canards géants.

(oui oui tu as bien lu)

Pour notre première nuit, après avoir bien tourné, car qui dit endroit touristique dit cher, on se prend un hotel avec vue sur le lac… et ses canards…

Copacabana, ça fait donc un peu penser à une station balnéaire mais où il fait pas vraiment chaud et où tu peux pas te baigner. En plus, les locaux dans les restau et les boutiques sont sympathiques comme tout!

Sur cette déception, on décide de partir le lendemain pour Isla del Sol à 1h30 de bateau même si on a eu des avis très mitigés sur l’endroit: pour certains c’est le paradis et pour d’autres ça n’a aucun intérêt. Après l’épisode Samaipata on est devenu méfiant mais pas assez encore pour ne même pas la tenter.

DSC05914Le lendemain on prend donc notre bateau et on accoste à l’Isla del Sol, sur une petite plage entourée de petits bars et d’auberges. On cherche par où on doit aller et là, la méga surprise qu’on avait pas vu venir: on se retrouve au pied d’un immense escalier en pierre, avec nos backpack de 15kilos sur le dos et à 3800m d’altitude!

Bon bah, j’ai cru que j’allais mourir 4 fois sur le chemin, j’avais jamais autant senti mes poumons s’ouvrir et se fermer. Non sérieusement, je n’avais qu’une envie c’était de me mettre en boule et de pleurer. J’ai d’ailleurs vu plusieurs femmes le faire. Mais comme ça ne sert hélas à rien, j’ai continué a souffrir pour monter de 200m de hauteur en moins d’1km. Pendant ce temps-là Ben était comme un petit faon dans les bois et montait tranquilou.

Ce qui lui a permis d’aller trouver notre hotel pendant que moi je soufflais comme un boeuf. Et il nous a déniché une petite baraque toute délabrée et poussiéreuse où, ce dont on se rendra compte plus tard, la douche n’était là que pour la décoration.

Comme tu l’imagines, après le calvaire de la montée, ni Ben ni moi n’avions envie de partir en rando sur l’ile. On s’est donc contenté de la vue sur le lac depuis 2 bars où on a observé le coucher de soleil devant une limonade. Et après on est rentré à la lumière des frontales se coucher dans notre hotel gelé en ayant pris la décision de repartir dès le lendemain matin, trop dépités qu’on était par cette île sans grand charme.

Et comme quand ça commence comme ça, ça ne s’arrête pas, le lendemain, il pleut des cordes pendant qu’on redescend l’escalier. Les pierres glissent et il y a de la boue, on ne peut pas redescendre vite et nos sacs nous déséquilibrent. Après 15minutes horriblement longues, on finira les jambes tremblantes mais sans rien de cassé, à attendre le bateau.

DCIM102GOPRO

Retour à Copacabana donc. Et ce sera l’occasion de découvrir sa très belle église et une coutume toute particulière: des familles amènent leur voiture toute décorée devant l’église, le prêtre la bénit à l’intérieur comme à l’extérieur et ensuite c’est champagne shower!

Le temps d’une autre nuit froide dans un autre hotel avec vue sur le lac ( et avec un angle qui permet d’ignorer les canards) et on reprend le bus pour se rendre de l’autre côté du lac, côté péruvien.

One thought on “La déception du lac Titicaca côté Bolivien: Copacabana et Isla del Sol

  1. Martareche Monie et Jean

    c’est pas la peine de partir pour Titicaca et d’avoir ce temps pourri…on a le même à Paris…lol..

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>