Devoir de mémoire à Phnom Penh

C’est parti pour la découverte de la ville de Phnom Penh.

On ne s’attendait pas à une aussi grande ville. Avec des immeubles, pleins de voitures, des Bubble Tea et tout et tout.

Ça fait bizarre, on n’avait pas vu ça depuis 1 mois et notre départ de Bangkok.

La ville est un peu sale (mais comme toute ville du coin qui se respecte, hormis Singap) plein de 2 roues et il y a un nombre impressionnant de tuktuk! On est habitués depuis 2 mois a entendre 10 fois par jour « hello, tuktuk? » Mais là c’est un record, c’est 10 dans la même rue! C’est vraiment dingue.

Au premier abord les gens sont souriants, il ne pleut pas, et on a une chambre digne de ce nom.

Le moral est donc au beau fixe.

 Apres avoir pris possession de notre chambre et mis 4kg de fringues a laver, on part manger dans un restau cambodgien/malais délicieux nommé Asian spices.

On en fera sans doute notre cantine ici. Pour 6$ tout compris on se régale.

 

L’aprèm sera l’occasion d’aller flâner et acheter quelques souvenirs dans l’immense marché Russe (qui n’a de Russe que le nom) avant d’aller regarder les locaux courir, jouer au foot, au badminton, au volley, à la pétanque et autres au Olympic Stadium.

Pleins d’infrastructures de sport rassemblées et ouvertes a tous. On remarquera un niveau très impressionnant a la pétanque!

DSC02321

Pour terminer en beautés cette première journée à Phnom Penh, direction le FCC pour un cocktail. Le FCC (pour Foreign Correspondent’s Club) est un célèbre bar, haut lieu de rencontre à l’époque coloniale et beau bâtiment. Idéal pour un verre avec vue sur la rivière et le river front.

DSC02324

Le river front où on ira se promener ensuite, qui est super agréable et rappel un peu l’animation de ce genre de lieux publics en chine: pleins de monde qui se promène, joue, chante, danse etc etc.

 

Centre S21

Le lendemain sera la journée qui sape le moral: on commence par visiter la célèbre prison S21 (Tuol Sleng). La plus grande des 196 prisons/centre de torture du pays pendant la période khmer rouge (75-79).

On fait la visite avec un guide qui nous re-explique brièvement la prise de pouvoir par les khmers rouges, la folie de Pol pot et l’evacuation soudaine et totale de Phnom Penh. Puis on visite la prison: visite ses cellules « vip » pour les anciens officiers. On nous explique photo a l’appuie le fonctionnement de la torture: l’objectif, la fréquence, les méthodes. Des traces de sang au plafond témoignent de ces événements pas si éloignés que ça. Ça glace le sang.

DSC02341 DSC02340

Ensuite on passera dans les anciennes cellules « normales », salles remplies de photos. Photos de soldats khmer rouges et de prisonniers. Avant et après torture. Enfants et personnes âgées inclus.

On verra ensuite des tableaux peints par l’un des 7 survivants (officiels) du camps. Mais aussi d’autres instruments de torture, des témoignages etc. C’est vraiment bouleversant.

A la fin de la visite nous saluons les 2 derniers des 7 survivants encore en vie. Ils ont été épargnés car il avaient un profession qui pouvait servir aux khmer rouges: l’un était réparateur, l’autre peintre.

 

Aujourd’hui ils vendent leur livre dans l’enceinte même de la prison où ils ont vu tant de gens mourir et ont eux même été torturés.

 

Ce camp étant dans l’actualité (le sur-lendemain de notre visite, le tribunal spécial rendait son verdict sur le procès de 3 anciens responsables khmer rouges) une équipe de tv était là pour réaliser un reportage sur l’un des 2 survivants.

 

Après cette visite bouleversante et passionnante, on prend notre scooter en direction des Killing Fields (après un passage chez asian spices pour reprendre des forces quand même). Je reviendrai plus tard sur ce trajet en scoot…

 

Killing Fields

Les Killing Fields (Choeung Ek), a 15km du centre S21, c’est tout simplement le lieux d’exécution des prisonniers du S21. Là où ils étaient emmenés, tués puis enterrées une fois qu’ils avaient avoué (sous la torture) leurs crimes (fictifs en général) contre la révolution et le parti.

DSC02351

Plus de 15 000 personnes ont donc été tuées là entre 1975 et 1979.

Il faut savoir que:

  • quand les prisonniers signaient leurs aveux, ils étaient automatiquement tués
  • toute leur famille était tuée avec eux, pour éviter les éventuelles représailles ou actes de vengeance
  • les prisonniers arrivaient par camion, étaient « stockés » dans une petite pièce, puis un par un allaient se positionner les yeux bandés devant une fausse commune
  • les balles étant chères, ils étaient ensuite tués de toute autre manière possible: coup de bambou, pioche, marteau dans la tête, parfois gorge tranchée avec une feuille de palmier. Et les bébés étaient fracassés contre un arbre (l’arbre est toujours là) ou jetés en l’air et rattrapés sur une baïonnette.

Bref, c’est horrible.

 

« Il vaut mieux tuer un innocent par erreur que de gracier un coupable. » – Pol Pot-

 

La visite est très bien faite, tout du long avec un audio guide qui alterne explication sur ce que l’on voit (ou aurait pu voir) sur le contexte et des témoignages.

C’est fait pour susciter des émotions et faire vivre l’horreur des faits: beaucoup de crânes sont exposés, et le commentaire insiste sur le fait que chaque mois de nouveaux ossements remontent à la surface.

 

On ressort aussi de cette visite un peu choqués.

 

 

Petit rappel des faits (très simplifié)
  • En marge de la guerre du Viet Nam, le Cambodge reçoit près de 3 millions de tonne de bombes entre 1965 et 1973
  • 1970 à 1975: guerre civile au Cambodge: les troupes Khmer Rouges font tomber le régime corrompu de Nol Lon et prennent Phnom Penh et le pouvoir le 17 avril 1975
  • Les Khmer rouges évacuent toutes les villes (majoritairement peuplées d’anciens paysans qui avaient fuit les campagnes pendant les bombardements américains), ferment les écoles, pagodes, hôpitaux, administrations.… Ils veulent un pays qui travaille entièrement à la récolte du riz.
  • Ils mettent en place d’immenses camp de travail forcé dans tout le pays
  • Près de 2 millions de personnes meurent entre 1975 et 1979 de malnutrition, maladie, exécution ou torture (quasiment 1/4 de la population)
  • En décembre 1978 le Vietnam envahit le Cambodge qui menaçait ses frontières. Le 11 janvier 1979, la République populaire du Cambodge est proclamée.

 

J’ai été particulièrement choqué en apprenant qu’après l’intervention du Vietnam (qui n’était pas initialement vouée à mettre fin à ce génocide) et la formation d’un gouvernement communiste au Cambodge, les khmers rouges ont continué à siéger aux Nations Unies et à représenter le peuple cambodgien.

En effet, les « grandes puissances » occidentales ne voulaient pas reconnaître le nouveau gouvernement (car communiste) et ont même essayé d’appuyer le retour des khmers rouges au pouvoir.

Et pourtant les charniers avait été découverts en 1980 et le génocide était connu.

Pol Pot est d’ailleurs mort en 1998 à 70 ans, sans jamais avoir été emprisonné ni avoir à répondre de ses actes.

 

C’est évidemment simpliste de juger 30 ans après, sans avoir le contexte réel,mais cela m’a vraiment paru invraisemblable que la guerre des blocs amène les Etats-Unis, l’Angleterre, la Chine et la Thaïlande notamment (mais aussi la France et bien d’autres) à soutenir un régime génocidaire (et clairement psychopathe) pour s’opposer au Vietnam et par son intermédiaire à la Russie.

D’ailleurs, en poursuivant mes recherches, j’ai appris que l’actuel président du Cambodge avait passé des accords avec d’anciens responsables Khmer rouges et qu’il était opposé à des poursuites judiciaires au delà des 3 actuellement en jugement. Sans doute aussi car il y a toujours d’ancien Khmer rouges dans l’armée.

Beaucoup n’auront donc jamais a répondre de leurs actes.

(Savez vous d’ailleurs que quand les Nations Unies ont accepté de participer au procès des responsables Khmers Rouges, les US ont exigé que soient jugés uniquement les faits produits entre le 17 avril 74 et le 6 janvier 79, évitant ainsi l’implication de tout responsable étranger).

Pour atténuer un peu, il faut savoir que les soldats Khmers Rouges étaient eux même forcés à faire leur devoir sous peine de finir en prison, torturés et de voir toute leur famille tuée.

C’est quand même dingue quand on y pense que tout un régime fonctionne comme ça et mette en place un génocide juste parce que chacun est dans la peur des représailles (qui seraient exécutées par quelqu’un qui lui aussi est dans cette peur des représailles et ainsi de suite). Il y avait aussi le fait que les soldats Khmer rouges étaient en général recrutés dans les campagnes et qu’ils étaient endoctrinés avec l’idée que les gens de villes étaient responsables de tous leurs malheurs et vivaient paisiblement pendant que eux souffraient depuis des années.

 

Enfin bref, ces visites auront eu pour résultat de nous apprendre beaucoup de chose sur cette période de l’histoire, peu étudiée en France. Et de nous éclairer sur le passé très proche du Cambodge.

Un passage de l’histoire tellement incroyable que ces 4 années semblent occulter des milliers d’années d’histoire riche. Bon, j’aurai sans doute changé d’avis la-dessus après avoir visité Angkor!

 

Apres cette journée intense en émotions, rien de tel qu’un bon bubble tea et une ballade dans la ville en profitant d’avoir le scooter.

 

D’ailleurs, le scooter dans Phnom Penh parlons-en!

Autant on a l’habitude de conduire dans Paris, mais là c’est un autre niveau. La place de l’Etoile en heure de pointe c’est le moindre carrefour en pleine nuit dans Phnom Penh. Il y a vraiment des 2 roues dans tous les sens: certains arrivent en sens inverse par la gauche (logique, on conduit à droite) mais certains aussi par la droite. Ils tournent n’importe quand et n’importe où. Mais tout cela en tenant compte des autres tout de même. Il faut juste penser à ne surtout pas changer brusquement de vitesse. Sinon là c’est mort, on s’en emplâtre un!

Mais on s’en est pas mal sortie, pas d’accrochage et pleins de sensations pour Maggy à l’arrière du scoot 🙂

 

Bonne soirée le soir, dans deux bars « backpackers » de la ville: le mad monkey et le up banana, pleins de verres pas cher et d’américains qui jouent au beer-pong. Mais on y fera aussi la connaissance de deux danois super sympa que l’on retrouvera plus tard a Kampot.

Le pastis triple dose à 1,5$ aidant, on poursuit la soirée assez tard…

 

Le lendemain matin est donc à rayer du calendrier et après s’être offert un bon resto texmex bien fat (hangover-food idéale!!) on essaie d’aller voir le palais royal.

 

DSC02355Petit déconvenue ici car le palais est fermé (la raison évoquée est une cérémonie officielle avec le roi, ce qui ne me dérangeait pas pour visiter mais bon) , seul la fameuse Silver Pagoda est ouverte. Mais nous n’irons pas la voir car il faut quand même payer plein pot + rajouter l’achat d’un t-shirt pour couvrir les épaules de Mag, son habituel foulard sur les épaules, éprouvé dans tous les temples d’Asie du sud-est ne suffisant pas ici (business is business).

Dommage pour le Palais. On ira se consoler au méga mall tout neuf construit pas loin de là (Phnom Penh semble être une ville en grand changements, et où le développement financé par la Chine se fait en dehors de toute considération humanitaire).

Là, dans ce centre commercial tout neuf, nous trouverons une boulangerie « Keyser » où nous nous régalerons d’une baguette parfaite qui, avouons-le, nous avait bien manquée depuis 3,5 mois. (Ils vendent beaucoup de « baguettes » un peu partout au Laos et Cambodge, mais ça n’a rien a voir!).

 

Et, comble du bonheur simple, je trouverai aussi une autre pâtisserie où déguster: un excellent éclair au chocolat! Pas de palais donc, mais un gouter comme a la maison!

DSC02361

On finira la journée en se baladant dans la ville: temple de Phnom Penh, marché (fermé) et un dernier diner chez Asian spices. Demain on se lève tôt pour prendre le mini bus en direction du sud: Kampot et son poivre puis Kep et son crabe.

 

7 thoughts on “Devoir de mémoire à Phnom Penh

  1. Elise

    Salut les globe trotteurs,

    Je suis en vacances et j’en profite donc pour faire l’album de nos vacances en Chine! Du coup, j’ai eu une pensée pour vous deux (et oui vous figurerez sur notre album souvenir!), je me suis donc promenée sur votre blog. Que de belles images, plein les mirettes! Je vous souhaite bonne continuation dans vos aventures et continuez à profiter!
    Bises
    Mathieu vous passe le bonjour aussi
    Elise et Mat

    • Mag

      Merci beaucoup Elise! On compte bien en profiter à fond parce que mine de rien le temps file et il ne nous reste plus que 4 mois!
      Bonne continuation à vous deux aussi. La bisette!

  2. Martareche Monie et Jean

    Bon anniversaire à Maguy…J’espère que tu as bien fêté cet évènement…..Gros bisous de nous deux

    • Mag

      Merci beaucoup!

  3. X´ian et Katty

    Une pensée especiale pour Maggy’s birthday et tous les bisous qui font avec…. Un peu de mal à vous suivre depuis que je suis à Vieux Boucau mais pense quand même à vous. Nous vous embrassons tous les deux et merci pour ces récits toujours palpitants. Katty et X´ian

    • Mag

      Et encore merci beaucoup!

  4. Martareche Monie et Jean

    Tes Parents étant venus avec Kathy et Christian passer la journée avec nous à Soustons je peux vous dire que votre super partie de pétanque vue à Phnom Penh c’est du « pipi de chat » à côté de la partie de pétanque dans laquelle Nicole et Frédéric se sont affrontés….
    Je pense que vous n’allez pas tarder à les retrouver ainsi que Lucie…
    Quant aux atrocités commises par les soldats Khmers Rouges nous en avions entendu parler bien sûr mais ce que vous avez vu nous a aussi glacé le sang….
    Bonne continuation pour votre périple en scoot et bon repas à l’Asana spices.
    Biz à vous deux

Répondre à Martareche Monie et Jean Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>