Kachanaburi et son pont de la mort

On prend donc un minibus local pour nous rendre à Kachanaburi. C’est à 2h de route, on est bien calés au frais et le véhicule n’est pas rempli ce qui me laisse la place de m’allonger derrière et à Ben celle d’allonger son siège pour faire une sieste.

DCIM101GOPROArrivés à la gare de bus, on cherche un taxi pour rejoindre notre hotel et ici, c’est différent de Bangkok: pas de compteur, la course se négocie mais avec une marge très faible! On optera finalement pour le tuk-tuk, notre premier depuis notre arrivée en Thailande, qui est légèrement moins cher et très typique.

 

 

 

IMG_3444

 

L’hotel où l’on dort est composé de petits bungalows sur pilotis au dessus d’un marais. C’est joli c’est sûr mais ça ne va pas du tout arranger nos jambes ravagées par les moustiques.

 

Kachanaburi c’est donc la ville du fameux film, le pont sur la rivière Kwai.

Si vous ne l’avez pas vu, et honnêtement c’est pas très grave parce que ce n’est pas une merveille, il retrace un épisode de la 2e guerre mondiale. En 1942, le Japon occupe le Siam (ancien nom de la Thailande) et la Birmanie (ancien nom du Myanmar). Pour pouvoir acheminer plus facilement des équipement militaires et autres choses d’un pays à l’autre, et aussi préparer l’invasion de l’Inde, le pays au rond rouge décide de la construction d’une voie de chemin de fer. Il faut bien sûr s’imaginer qu’à l’époque, c’était la jungle partout et même de la sacrée jungle, pas celle de l’émission Koh Lanta mais de celle où même avec un coupe-coupe tu fais pas le malin.

Les japonais n’ayant pas particulièrement envie de construire la voie eux-même, ils décident d’utiliser les prisonniers de guerre anglais qu’ils ont au Siam et en Birmanie. Ces prisonniers n’avaient déjà pas la belle vie là où ils étaient parqués, mais pour les faire venir gentiment et d’eux-même sur la construction de la voie, ils leur vendent du rêve en leur disant que la-bas on prendra bien soin d’eux, qu’ils auront des hôpitaux, des tentes, etc.

Pour ceux qui se portent volontaires (au début ce sera du volontariat, ensuite ils ne s’embêteront plus avec ça), c’est départ en train dans des wagons où ils sont 45 hommes parqués pour un trajet de 4 jours sous des températures autour de 40°. Arrivés à destination, ils rejoignent leur camp qui n’a rien du club med promis bien évidemment, c’est même pire que là où ils étaient.

Ils sont donc forcés à travailler dans la jungle tous les jours, pour creuser des montagnes, poser des voies et construire ce fameux pont sur la rivière Kwai. Leurs rations de nourriture sont ridicules. Le paludisme fait des ravages. Les médecins sous des tentes de fortunes n’ont pas les médicaments ni les instruments nécessaires pour les soigner.

Et surtout, la construction de la voie en temps normal aurait du prendre 4 ans, là on les force à terminer en 16 mois. Bref, vous l’aurez deviné, au final des milliers et milliers de prisonniers et aussi des locaux mourront pour construire cette voie qu’on appelle le chemin de fer de la mort.

IMG_3429Kachanaburi est donc une ville mémorial de cette époque. On peut y voir le pont, toujours en service aujourd’hui. Il a été détruit pendant la 2e guerre puis reconstruit. On y voit également des cimetières de soldats, tous très bien entretenus par l’état thailandais et les associations d’anciens combattants. Et un musée, pas mal fait, qui retrace cette sombre période de l’histoire.

 

Mais il y a aussi d’autres choses à faire qui ne vous mettent pas le moral à zéro!

 

A l’extérieur de la ville, on trouve le parc d’Erawann surtout connu pour ces 7 cascades.

IMG_3422Il a fallu grimper pas mal, et même parfois sauter de rocher à rocher, mais c’est vrai qu’elles en valent le coup: des gros rochers blancs, de l’eau bleue turquoise et pas grand monde à certains endroits… Un petit paradis. SAUF QUE il y a aussi des poissons-bouffeurs-de-pieds! Mais si, vous savez, ces petits poissons où on peut même payer pour mettre ces pieds dans un aquarium remplis d’eux et ils viennent vous faire ce que les thaïlandais appellent le « Kiss Fish Spa ».

Donc c’est simple, dès que vous vous approchez du bord de l’eau, ils viennent tous vous attendre et si vous mettez votre pied c’est « à la bouffe les gars! ».

Ben s’est baigné, je n’ai pas eu le courage, je suis juste restée sur mes rochers où passait l’eau, mais sans les poissons.

Et ce n’est pas fini avec les petites bêtes que j’adore et on retourne dans les endroits qui foutent le moral dans les chaussettes!

 

Kachanaburi est aussi connu pour des grottes naturelles dans lesquelles on trouve un temple bouddhiste.

Vous payez (pardon, on dit faire une donation, obligatoire donc) et vous descendez dans ces grottes où on trouve des bouddhas dorés , une odeur qui vous prend la gorge et surtout… des chauves-souries. Oui oui, des chauves-souries, qui volent partout, qui passent à 1 cm de votre tête, qui sortent d’un coup d’un rocher à côté de vous!

DSC01254Donc, je ne le savais pas encore, mais grâce à cette grotte je l’ai découvert, j’ai une trouille bleue des chauves-souries. Ben finira donc la visite sans moi. Ah oui, cette grotte est aussi connue car il y a quelques années, un moine sous amphet a agressé et tué une touriste qui la visitait. Et vu l’endroit, c’est sûr qu’elle a eu beau crier, personne n’a du l’entendre.

Kachanaburi, ville de la joie donc!

Non, je suis dure me dit Ben. C ‘est vrai que les cascades étaient bien sympa. Il y a également un nightmarket dans lequel on peut déguster de délicieux jus de fruits mixés avec des glaçons ou encore des brochettes de viande ou poissons. Il parait aussi, que des bateaux passent sur la rivière le weekend et que les thailandais, de Bangkok surtout, viennent y faire du karaoke.

On aura donc passé 48h à Kachanaburi. Ensuite on reprend le minibus car un autre bus nous attend à Bangkok, direction Koh Phangan! Youpi, la plage enfin!

On a donc réservé un minibus pour 13h, normalement il met 2h donc on devrait être à 15h à Bangkok pour un départ à 16h30. Donc ça va, on est large!

Et bien au final pas du tout! Le minibus ne viendra qu’à 13h30 puis il s’arrêtera 4 fois: une fois pour que le chauffeur s’achète à boire, une fois pour attendre qu’il se remplisse à la station de bus, une autre pour que le chauffeur fume sa clope, et encore une autre pour qu’il fasse faire le plein tranquilou. A 16h15, on est donc toujours dans le minibus et coincés dans les bouchons de Bangkok. On stresse grave! On décide finalement de descendre et d’attraper 2 taxi motos qui nous déposeront au bout de la rue où on doit aller. On court avec les sacs jusqu’au point de rendez-vous, dans une rue bondée de touristes et de marchands.

Ouf! On y est, pile à l’heure. Trempés, essoufflés, mais à l’heure.

Pour la blague, on devra ensuite refaire tout le chemin fait en courant pour se rendre à un van qui nous mènera au bus!

Voila, c’est parti, direction la plage!

5 thoughts on “Kachanaburi et son pont de la mort

  1. Martareche Monie et Jean

    Et alors la suite après le pont de la Rivière Kwai ? en attendant je siffle la chanson….Bises a vous deux

    • Mag

      🙂 la chanson reste pas mal dans la tete oui. On a re-regardé le film histoire de se mettre dans l’ambiance!
      La suite devrait arriver bientot.

      Mais internet au Myanmar c’est lent, tres lent!

      Bisous

  2. NicoFredo

    So, what?
    Pas de nouvelle, … pas de nouvelle
    Evrething’s fine?
    Nous, nous avons fait de la marche nordique à Meaudre, avec 2500 personnes
    Cool, sympa, sport pas violent, mais on peut quand même se mettre minable si on veut.
    Gros bisous
    À vous
    Dans le cou
    De Jacou

    • Mag

      Avec 2500 personnes?! Ça fait du monde sur les chemins ça!

      Les nouvelles ne devraient pas tarder ( en attendant tu en as deja sur Whatsapp 😉 )
      Bisous. Bisous aux petits cousins de Meaudre aussi!

  3. Martareche Monie et Jean

Répondre à Martareche Monie et Jean Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>