Magnifique mirage a l’oasis de Huacachina

Apres une nuit passée dans un bus à bonne temperature cette fois, on se réveille doucement et on découvre un paysage tout nouveau pour nous au Perou. Finies les montagnes verdoyantes de jungle ou les volcans enneigés: ici c’est le desert du Pacifique qui règne! Par la fenetre on ne voit que du sable et quelques habitations.

Le bus stopppe a Ica, ouvre ses portes et un air chaud se faufile. Oui oh oui oh oui, enfin du soleil et de la chaleur et meme une sacrée chaleur!

On attrape un taxi dehors et on lui demande de tout de suite nous emmener a l’oasis de Huacachina à 5km de là. Sur le tableau de bord on trouve un Routard que le chauffeur nous invite à consulter et on échange avec lui sur les hotels et les prix. Il nous propose de nous emmener dans un qui est selon lui le moins cher. La-bas on nous propose un package tout compris: chambre + buggy + sandboard pour 180 sols . On accepte sans même comparer les prix.

IMG_1238Le tour débute à 16h30 et en attendant on va se balader, histoire se de rendre compte de l’immensite des dunes qui entourent l’oasis. La lagune est elle incroyablement verte. Le décor au complet est totalement surréaliste.

Avant qu’on commence le tour, j’étais plutot sceptique. On nous avait conseillé de le faire mais du buggy dans le sable je me suis dit que ça allait vite m’ennuyer et que le sandboard ça n’allait pas etre marrant vu que je suis deja incapable de faire du snow.

Et bah, j’avais tout faux!

Le buggy est un véhicule à 10 places ou Ben et moi on a eu le chance d’être tout devant. Le pilote enchaine les montées et les descentes dans les énormes dunes. On a un peu l’ impression d’être dans des montagnes russes sauf que la, il n y a rien d’automatique, c’est un mec qui conduit le truc et qui fait de nous ce qu’il veut!

DCIM102GOPRO

Avec ça s’enchaine des stop sandboard où il est en fait pas marrant de descendre debout, donc on se retrouve tous allongés sur nos planches, à glisser sur le sable, du haut des ENORMES dunes. Quand la planche se penche en haut sur la crete et que t’es parti, t’as l’ impression d’aller à 100 a l’heure et que tu vas t’écraser a l’arrivée!

Bon en verité personne ne s’écrase et l’arrivée ressemble plutôt à un ralentissement tout doux, mais n’empêche que tout le monde crie et qu’on essaye d’aller le plus loin possible.

Il y a plusieurs fois ou on doit remonter la dune a pied si on veut refaire un tour et la, on est tous en train de mourir a remonter cette grande pente, avec nos jambes qui s’enfoncent jusqu’aux mollets, le vent plein de sable dans les yeux qui essaye d’emporter ta board! Bon bah tu le fais deux fois et apres tu te dis que tu vas caler tes fesses en bas et attendre que le buggy viennent te chercher pour un nouveau tour de grand huit et un nouvel arret glisse.

Lorsque la fin du jour approche, le pilote nous emmène ailleurs dans les dunes pour observer le coucher de soleil et c’est incroyable. Là ou normalement tu ne peux pas le regarder directement sinon tu te brules les yeux, ici le soleil est pale (peut-être a cause du sable soulevé dans l’air), énorme et incroyablement net.

Et la tu poses tes fesses et tu regardes ebahie le plus beau coucher de soleil que tu n’as jamais vu, celui où tu n’as pas l’impression d’être sur Terre mais plutot sur une des planetes de Star Wars.

On finira cette journée avec une partie de coinche avec un couple de francais rencontrés pendant le tour avant d’aller se coucher et de partir le lendemain pour Lima, les fringues bien alourdies de plusieurs kilos de sable!

Notre passage à Lima sera très très rapide, le temps de faire un petit tour dans la ville et de se dire qu’on y serait bien resté plus longtemps, de découvrir un génial petit restau de poissons, et de se faire inviter à diner par Pascal (le cousin de Ben, avec qui on avait passé quelques jours au Chili) dans un des restau les plus chics de la ville alors que j’étais magnifiquement vêtue d’une tenue jean-basket. Et de faire notre dernier apéro avec Florian, Yvan et Nico en se promettant de se revoir en France.

Ca y est, s’en est fini du Pérou, on s’envole pour la Colombie!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>