Un peu de Perito Moreno dans votre whisky?

Le trajet pour El Calafate fut long, bien plus long que prévu, à cause d’une route fermée après la frontière pour une raison que je n’ai pas saisie. Comment ça, la faute à la soirée de la veille si j’ai rien compris? Non pas du tout, enfin un peu peut-etre. Et un trajet en bus, long, avec un passage de frontière, sans manger, de 8h à 15h après une soirée comme ça, et bah c’est très très difficile (toi qui bosses, je suis bien consciente qu’à ce moment précis tu me détestes).

En arrivant on se dit qu’on va faire très vite pour se rendre à l’hotel car le bus est rempli de touristes qui vont débouler en même temps que nous et on a AUCUNE envie de tourner dans la ville pendant 1h pour trouver un endroit où dormir. On fonce donc vers une auberge de jeunesse qui ressemble plutôt à une usine à backpackers: le lieu est très grand, la fille de l’accueil pas sympa et il faut une caution pour les couverts… mais bon ça ira pour 2 nuits.

Dans notre dortoir de 4, on rencontre une jeune suisse qui finit son séjour là-bas et qui nous donne quelques conseils sur les excursions.

Après une pause ravitaillement dont on avait bien besoin, on part à la recherche de LA bonne excursion à faire en faisant le tour des agences en ville.

Et cette ville elle ressemble à quoi? C’est simple: boutiques de souvenirs, restau, restau, boutiques de souvenirs, boutique de souvenirs, agences, restau, etc. Une sorte de Disneyland patagonien. Avec les prix de Disney aussi.

Donc entre l’auberge et la ville, on se sent vraiment dans une usine à touristes.

On le savait avant de venir et c’est pour ça qu’on ne veut pas s’attarder et faire rapidement l’excursion pour voir, ce que tout le monde est venu voir ici: le glacier Perito Moreno.

Du nom de Francisco Moreno, un pionnier venu étudier la région, il fait 250km2 et s’élève à 60m au dessus de la surface de l’eau.

Pour l’appréhender, plusieurs solutions: se rendre sur des passerelles d’observation, l’approcher en bateau ou faire une balade dessus. Et bah nous, on a choisi de tout faire! On ne le verra certainement qu’une fois dans notre vie alors autant en profiter.

L’excursion réservée, c’est crevés qu’on rentre s’écrouler à l’hotel.

Le lendemain, on est debout à l’heure et tout excités on attend notre navette. On va enfin le voir ce gros glaçon !

L’excursion commence et se déroule dans ce sens:

1. Vue lointaine

On fait d’abord un premier stop sur un point d’observation lointain qui nous permet de nous rendre compte de la longueur du glacier. C’est incroyable! Vite, tout le monde remonte dans le bus, pour qu’on puisse aller le voir de plus près.

DSC04517

2. Les passerelles

On s’arrête ensuite pour 2h de balade sur des passerelles qui s’étendent le long de la côte et permettent de voir le glacier de plus ou moins loin et sa face sud ou nord. S’il était déjà magnifique d’en haut, là, il est à couper le souffle! Tout en reflets bleutés, il se dessine en crêtes. On a un peu l’impression de voir une énorme meringue dont on aurait envie de casser une des pointes pour la manger tellement ça à l’air bon.

On parcourt pas mal de chemin sur les passerelles pour essayer de s’approcher au plus près, essayer de voir à quoi il ressemble vraiment, de quoi il est fait. Mais les passerelles ont leur limite et la vue restera lointaine quand même.

En plus de le voir, on l’entend! Il craque et des bouts se détachent parfois pour venir se noyer dans l’eau turquoise. De loin comme ça, on a l’impression de seulement voir des miettes de meringue tomber, mais le bruit fort et sourd nous rappelle qu’il s’agit en fait de blocs de glace de plusieurs mètres de haut.

3. Le bateau

Le bus nous emmène ensuite à un embarcadère où l’on monte dans un bateau rapide qui va nous permettre de nous approcher encore plus du glacier.

Au ras de l’eau, ses 55 mètres deviennent plus réels. Mais on se sent encore trop loin de lui, trop loin pour se rendre compte.

4. Le trekking

Le bateau accoste, après une courte marche, on chausse nos crampons et on part à l’ascension du glacier. Enfin, on y est, on voit de quoi il fait: on dirait un énorme désert de glace bleue, les crevasses en plus.

DSC04592

C’est magnifique! Mais comme ça, en lui marchant dessus, on ne se rend plus compte de sa grandeur.

On a donc l’impression qu’il est impossible de saisir complètement ce qu’il est. De loin, il est majestueux mais irréel, dessus on perd la notion de sa puissance.

DSC04594Le tour s’achève avec un verre de whisky additionné de glace du Perrito, histoire d’en garder un peu en nous pour toujours.

Le lendemain, notre avion pour Buenos Aires nous attend. A nous la ville dont on rêve et cerise sur le gâteau, ma famille vient nous rendre visite!

8 thoughts on “Un peu de Perito Moreno dans votre whisky?

  1. Ivana

    Magnifiques photos!
    Vous avez réserver cette excursion avec quelle compagnie? Car j’y vais en avril et j’aimerais beaucoup faire pareil!

    • Mag

      L’agence s’apelle Hielo y Aventura et elle se trouve au centre-ville d’El Calafate.

  2. seb

    Y a t il un lien entre votre consommation de whisky glacé au glacier et la montée du niveau des océans?
    En tout cas comme dirait l’autre « c’est loin mais … c’est beau »!
    Besos

    • Ben

      Oui, en buvant des morceaux de glaçe on évite qu’elle fonde dans les océans et on retarde la montée des eaux. CQFD.

  3. Fred

    Waoow!! encore de magnifiques photos!! ça fait rêver 😉
    BiZoOoOos à vous 2

    • Ben

      merci Fred 🙂
      bisous!

  4. Martareche Monie et Jean

    Bon séjour en Famille et arrêtez de faire concurrence à Jean avec le whisky…
    Les paysages enneigés sont magnifiques…
    Bisous

    • Ben

      Ahah. Je lui aurai bien ramené un peu de glace mais c’est pas pratique à transporter…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>