Poivre de Kampot et Crabe de Kep: gastrotrip dans le sud

Apres notre séjour à Phnom Penh, on continue notre route vers le Sud. Réveil matinal donc pour prendre un minivan « deluxe » direction Kampot.

Le « deluxe » signifie qu’on a la clim, le wifi (de temps en temps) mais surtout que l’on n’est que un par siège. Et ça ici c’est un vrai luxe!

Nous arrivons en début d’aprèm a Kampot. Une petit ville qui nous parait non pas calme, mais réellement morte. Personne dans les rues, justes quelques tuktuk et c’est tout.

Le fruit roi: le Durian

Le fruit roi: le Durian



Après une très courte balade dans la ville (il faut que la ballade soit courte sinon on sort très vite de la ville) nous allons voir la specialité de Kampot, ce qui fait sa renommée internationale: le poivre.
Visite donc d’une fabrique de poivre. Enfin « visite » est un bien grand mot, on verra juste les femmes qui trient les meilleurs grains de la récolte…. à la pince à épiler!
Un travail d’une précision assez impressionnante pour avoir à la fin un poivre de très haute qualité, très goutu et très bon.

Courage!

Courage!

 

La courte visite s’achèvera avec une dégustation à la cuillère de leurs trois sortent de poivre: blanc, rouge et noir.

On retrouve le soir nos amis danois de Phnom Penh pour quelques verres et au lit. (La ville se réveille vers 17h en fait, on pourrait croire qu’il y a un couvre-feu la journée…)

N’étant pas vraiment séduits par Kampot, surtout sous la pluie, dès le lendemain matin on enchaîne sur Kep: encore plus petit ville située à quelques dizaines de km de Kampot.

Kep-sur-mer, comme elle s’appelait à l’epoque coloniale francaise, est une ville étendue sur le bord de mer. Elle est quand à elle réputée pour son coucher de soleil magnifique (mais avec les nuages on ne l’a pas vu), son crabe (délicieux, surtout accompagné d’une sauce au poivre de Kampot) et pour l’île juste en face nommée l‘ile aux lapins.

Le premier jour à Kep on se baigne un peu dans la mer, on se ballade jusqu´au marché aux crabes où on se régale de la spécialité locale (très bon, mais manger du crabe c’est long!!) et on rentre regarder un film parlant de l’histoire du cambodge: apocalypse now. Bon, Je vous l’accorde ce n’est pas un film qui nous en apprend beaucoup sur le pays. Mais on n´avait pas la motivation pour regarder The Killing Fields ou S21 à ce moment là.

DSC02437

Le lendemain il fait un temps magnifique, on décide donc d’aller passer la journée sur l’ile aux lapins. Il n’y a aucun lapin sur cette île mais sa forme rappelerait celle d’un lapin. Mouais. Sous champis peut-être.
Dans tous les cas après un courte traversée sans problème et 10 minutes de marches on arrive sur une plage super sympa. Très peu de monde, une mer bien chaude et des hamacs pour se caller.
On passera toute la journée là, à jouer à la pétanque avec des noix de coco, à se baigner, bronzer ou boire des shakes.

Coconut-Pétanque

Coconut-Pétanque



Sur le coup on regrette un peu de ne pas être restés passer une nuit sur l’ile. Il y a des bungalows super basiques qui permettent de rester là quand les visiteurs d’un jour sont partis (il doit donc rester 20 touristes max sur l’ile) d’aller se balader a la recherche de crique et plages cachées et de faire un fish bbq sur la plage. Ça sera pour la prochaine fois. Nous nous rentrons à Kep. La traversée du retour est plus agitée: le bateau bouge à fond, on est complètement trempés (des espagnoles devant nous crient et se ruent sur les gilets de sauvetages comme si on était déjà en train de couler) et on tombe en panne en plein milieu. Il faudra un autre petit bateau pour nous tirer jusqu’au bord. Retour assez marrant donc.
Deuxième nuit à Kep.

Départ le lendemain matin en stop (j’y tenais) jusqu’a Kampot. Puis tentative de stop échouée (Maggy n’y tenait pas) et donc bus jusqu’a Sihanoukville: la station balneaire la plus réputée du Cambodge. A fuir pour les uns, à ne pas manquer pour d’autres. On a décidé de se faire notre idée nous même.
( nous étions 17 dans un minivan pour 14 sur ce trajet. Chacun avec un gros backpack… Ça par exemple c’est pas Deluxe)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>