Un sacré Noël à Floripa

Dès notre départ de Buenos Aires nous avions une question importante en tête : où allions nous passer le réveillon de Noël?

L’idée était de trouver un endroit qui soit a peu près sur la route (donc entre l’Uruguay et Rio) et où l’on pourrait trouver une auberge sympa, avec du monde, pour que notre Noël ne soit pas un échec total.

En regardant la carte les différentes options, on se dit que Florianopolis (au Brésil) semble la meilleure option. Cette ville est censée être un paradis pour surfeur, plagistes et fêtards. Donc même si on a prévu d’y retourner avec nos potes, on décide d’aller passer Noël là-bas.

Afin de varier les plaisirs, on cherche un hotel dans la partie sud de l’île (car on sera au nord la prochaine fois).

On en trouve un parfait: pas trop cher, avec de la place et de bons commentaires sur différents sites. Par-fait!

Enfin parfait sur la papier…

L’arrivée a Florianopolis est plutôt encourageante. La ville est jolie, on voit des plages de partout et il fait beau. Le trajet en taxi est l’occasion d’une discussion marrante avec un jeune chauffeur (en portugnol). On commence donc à y croire.

Mais une fois sur place, c’est le drame. On se rend compte que l’auberge est très loin de toute animation et surtout qu’elle est VIDE! Il n’y a pas de vie, pas d’ambiance, rien. Exactement ce que l’on voulait éviter…

Et pour couronner le tout, le temps à tourné et il fait moche. Ciel gris avec des petites pluies de temps en temps. Génial quand tu es dans un endroit paumé où la seule activité est la plage voisine.

Du coup pour s’occuper on passera un jour à visiter le centre ville (à 1h de bus) et un shopping center où on ira voir « The Hobbit » au ciné. En VO sous-titré portugais c’est impeccable… Enfin impeccable jusqu’à ce que les elfes ou les orques échangent dans leurs langues. Là ça se complique car notre elfique pourrait être meilleur et lire a toute vitesse en portugais n’est pas si évidant qu’on pourrait le penser.

Le lendemain, 24 décembre,je décide d’aller prendre un cour de surf histoire d’arrêter de tourner en rond (ce qui a tendance a me rendre rapidement fou). Par chance je suis le seul à avoir eu cette idée bizarre et j’ai donc droit à un court particulier. Dès la 2eme tentative j’arrive à me mettre debout sur la planche et pendant une heure et demi je me suis bien éclaté, ne me rendant même pas compte que l’eau était froide ni qu’il pleuvotait.

Apres cette séance de surf et une session skype, on est passe en cuisine avec Mag pour se préparer un repas de Noël. N’ayant pas trouvé les bons ingrédients pour notre recette, nous avons pris ceux qui ressemblaient le plus et ça n’a pas loupé… C’est très mauvais!

IMG_5669

Pour nous tenir compagnie dans ce réveillon de Noël magique: un israélien chelou, deux suédois à qui l’on a réussi à arracher 10 mots et 3 sourires dans tout le repas, et 2 brésiliennes qui faisaient leur truc dans leur coin.

Bref on a eu beau préparer une immense caïpirinha pour tout le monde, faire tourner notre vin (peu bon et très cher, comme souvent au Brésil) et nos bières les plus fraiches, la soirée n’a pas vraiment décollée. Le coup fatal ayant été porté quand l’israélien à commencé à deviser sur l’importance de l’armée et son dégoût des gens qui essayent d’y échapper. 10 minutes après tout le monde était dans sa chambre. Efficace.

Pas de bonne bouffe, pas de rigolade, pas de cadeaux, bon ben pas vraiment de Noël en fait…

Dommage, tout aurait pu être diffèrent en choisissant une autre auberge. Tant pis, on vie une année de folie, ça vaut bien un Noël sacrifié, sans problème!

Le lendemain on est donc frais pour aller se balader sur la plage et un peu plus loin sur l’ile. Toujours sous les nuages.

DSC04986

Enfin vient le jour du départ, on à la matinée encore pour profiter de la plage mais il pleut… Le soleil se lève enfin vers 13h. Pile quand on commence à marcher comme des légionnaires avec nos gros sacs. Parfait! Il fait maintenant 40 degrés et on fera donc les 16 heures de bus qui nous séparent de Rio pleins de transpis.

Apparemment cette ville ne nous voulait pas.

Mais comme on ne le laisse pas abattre si facilement, on reviendra a Florianopolis dans 10 jours (et on aura bien raison!)

2 thoughts on “Un sacré Noël à Floripa

  1. Martine et José

    Ca valait le coup d’aller au Brésil pour voir Magali manger de grosses huitres et Benjamin surfer sur les vagues
    Une nouvelle recrue en vue à Lacanau pour cet été ?

    • Mag

      Des huitres cuites! La deception!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>