L’expérience hospitalière colombienne à Villa de Leyva

Ca n’est pas en grande forme que je quitte Bogota. Meme si je suis moins malade (en même temps, plus je crois que ce n’était pas possible), je ne suis pas au top quand on prend un minivan pendant 4h direction Villa de Leyva au Nord. D’ailleurs je ne verrais rien du trajet que je passerais a dormir.

Arrivés,  on découvre rapidement cette petite ville coloniale aux rues pavées de façon assez approximative et aux vieilles maisons blanches, avant d’aller se coucher.

Le lendemain, me sortir du lit est assez difficile mais je me force parce que déjà que je n’ai rien vu a Bogota,  je n’ai pas envie de refaire la même. Alors on se rend au musée Luis Alberto Acuña, un peintre local, également collectionneur de vieux objets. Bon, en 20minutes c’était plié. Et la arrive l heure de la sieste où de toute façon tout est fermé.
Me sentant épuisée je pars me coucher… et me réveille 24h plus tard! Pendant ce temps là Ben avait eu le temps de faire 10 fois le tour de la ville!

Aparté de Ben pour vous faire découvrir la ville:

Village superbe – petites ruelles pavées – maisons blanche et fleuries – romantique, photogénique – très calme (en semaine)

Fin de l’aparté de Ben. Merci.

Et c’est là que quand meme je me suis dit que dormir 24h quand on vient a peine de se lever, c’est un peu inquiétant! Donc on est parti direction l’hôpital.

Alors « hôpital » ça me parait tout de suite un bien grand mot quand je découvre le bâtiment qui ressemble plutôt a une grande maison. A l’entrée le vigile me demande ce que je viens faire ici et après mon récit,  me propose gentiment de me faire passer en urgence… Et la s’en suivent 45min d attente dans une salle où règne un sacré bordel: des médecins cachés je ne sais où appellent des patients, des enfants courent, des gens n’arrêtent pas d’ouvrir une porte où il est marqué « cette porte doit rester fermée »…

Quand c’est a mon tour, le médecin m’emmène dans son bureau pour m occulter et je peux apprécier les énormes toiles d’araignées au plafond et autour de la lampe… rassurant non? Le diagnostic est déshydratation sévère. Il va donc falloir me mettre sous perfusion,  l’histoire de 40min me dit-il.

Et bien pas du tout, cela prendra bien 3h! Alors déjà il a fallu que l’assistant perf me fasse une prise de sang et ne voyant pas mes veines, il a du s’y reprendre à plusieurs fois et bien tournicoter son aiguille dans son bras (une semaine après j ai toujours un magnifique et très gros bleu). Je vous laisse deviner que quand il s’est approché de l’autre bras pour mettre la perf, j ai eu très peur. Mais heureusement il a mieux gérer.

IMG_6032La première poche de perf j’y ai eu le droit allongée dans un brancard et elle est plutôt passée vite. Pour les autres, on ma fait passé dans un patio et là l’infirmière qui a pris le relai a décidé de bien baisser le débit.
Bref j’ai eu le temps de découvrir la vie des autres patients et notamment celle que je retiendrais: cette petite ado apeurée de 15 ans enceinte de 6 mois… Toi et moi meufette on n’a vraiment pas la même vie…

Je suis sortie de là avec une sorte de Spasfon et on m’a dit que ça allait aller mieux. Je vous épargne le suspens, non ça n’a pas été mieux!

Mais pour l’heure on monte dans un autre bus direction San Gil.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>